Skip to content

Combien de pages, combien de mots…

15 février 2013

Je vais déménager alors je cartonne, je cartonne et je cartonne. Déjà 10 cartons de romans, BD, poésie, théâtre, contes, albums jeunesse, livres d’art… et il y en a encore autant (plus ?)  sur les étagères. Sans compter la pile des « que je veux relire »,  les deux sacs des  « ils vont certainement te plaire » donnés par une copine bibliothécaire, les petits tas ici ou là des « ce n’est pas raisonnable,  je n’ai pas pu résister mais  je n’ai pas encore eu le temps »…. sans compter les vieux vieux vieux…. que j’ai depuis…. et non, pas possible de m’en séparer , même si je ne les relirai peut-être jamais. Quoique… Et les livres que j’ai achetés pour offrir, que j’ai lus avant de les donner… et que j’ai  gardés…

 

Que serais-je sans les livres ? Il y a ceux qui me sont indispensables, ceux que j’ai prêtés et achetés de nouveau parce que je ne les ai pas récupérés et que j’avais du mal à supporter leur absence, ceux qui viennent de loin, de mes vies passées, de mes plaisirs de lectures avec le gaillou, ceux de ces dernières années avec mon doux monsieur. Pourrais-je être amoureuse d’un gars qui ne lirait pas ? Il y a la collection des Agatha Christie, celles des Ian Fleming, des Simenon, des Bernard Clavel, des Pagnol…. et tant d’autres qui m’ont accompagnés dans ma jeunesse. Il y a ceux des premiers émois de lectures et que je n’ai plus. Je n’ai pas gardé les « club des 5 » de mon enfance, je n’ai pas gardé les « Alice » ni les « signe de piste »…. Mais j’ai gardé mon vieil exemplaire du lion de Kessel. 10 ans, 11 ans ? et sans doute mes premières grandes larmes de lectrice. Et aussi la SF et la fantasy … découvertes de mon adolescence, plongée en apnée dans les méandres de ces futurs possibles.
Et puis la BD, moments de bonheurs intenses.

Autant de livres autant de rencontres… Comment aurais-je pu traverser certains moments de ma vie sans Nancy Huston , Alessandro Barrico, Wajdi Mouawad, Yasmina Khadra, Philip Roth, Martin Winckler, Dino Buzzati, Andrée Chedid, Ray Bradbury… la liste est longue et non-exhaustive. Et quand je la lis, j’ajoute un nom en me disant que …. et il y a les textes uniques, soit parce que c’est le seul que j’ai lu de tel ou telle auteur, soit parce qu’il n’y en a eu qu’un. Je pense à « l’homme semence » de Violette Ailhaud. Et les auteurs jeunesse… Claude Ponti, Anthony Browne, Nadja, Rascal, Elzbieta… et… non, stop, j’arrête l’énumération !
Et côté BD ?

J’ai dit STOP !
J’ai des cartons à remplir !

J’ai un rêve : un jour, je partirais dans mon VW, avec des caisses de livres, de lieu en lieu, sur les routes, pour des rencontres autour des livres, pour des échanges 1 pour 1, pour des lectures  partagées, des lectures données, des lectures reçues…

Je rêve….

Publicités
11 commentaires leave one →
  1. 16 février 2013 00:36

    C’est joliment écrit et cela donne envie ! de tout lire !
    Mais les cartons de bouquins sont atrocement lourds 🙂
    Bon courage pour la suite

    • 17 février 2013 23:20

      Le problème – mais est-ce réellement un problème – c’est quand en remplissant un carton, je m’arrête pour lire quelques mots, quelques lignes, bon, d’accord, quelques pages, juste comme ça. Le temps passe. Quelques chapitres, tiens, j’ai fini le bouquin, je suis assise par terre, j’ai mal aux fesses, j’ai mal aux yeux parce que je n’ai pas pris le temps d’aller récupérer mes lunettes (à quoi bon, juste pour quelques mots, quelques lignes…). Et celui-ci ? Il parle de quoi déjà ? Allez, juste un coup d’ œil… 🙂

  2. 18 février 2013 12:17

    J’aime les livres…pas question de m’en séparer…je n’ose imaginer un déménagement…
    Bon courage pour le tien et bonne lecture !!!

    • 18 février 2013 14:30

      Finalement, j’ai fait du tri… Je largue quelques doublons, quelques « philo » des années de terminale de ma fille, bref, en tout… une bonne dizaine de livres !! 😀

  3. snake0644 permalink
    18 février 2013 19:42

    J’ai exactement le même problème. Je comprends parfaitement.

    • 18 février 2013 21:22

      Pourquoi ? tu déménages aussi ? 😀

      • snake0644 permalink
        18 février 2013 21:35

        Non, mais il y a trois ans, à la suite d’une inondation, j’ai déménagé avec un diable, 45 gros cartons de livres dans le garage à 100m de l’immeuble.

  4. Amaya permalink
    20 février 2013 09:37

    Je me demande si ce sont vraiment des livres dont ne veut pas se séparer et si ce ne serait pas d’autre chose en fait

    • 20 février 2013 21:37

      La question est intéressante. Elle m’interpelle. Tous ces livres qui encombrent des rayonnages, ces livres que l’on regarde sans les relire…. et je suis de celles et ceux qui amassent, conservent…

    • 21 février 2013 13:10

      Je suis bien persuadée qu’une grande partie de mes livres a essentiellement de l’importance au regard des lieux, personnes, époques, circonstances auxquels ils sont attachés. Les savoir là, c’est avoir le souvenir d’une partie de ma vie. Je pense.

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :