Skip to content

Les fort(e)s en gueule

20 janvier 2013
Participation perso au petit jeu d’écriture de l’Ornithorynque dont je causais ici.
Pour lire les autres textes, faut aller chez l’ornitho et fouiner dans les commentaires  sur la page du concours.
 

***************************************************

photo-police-sydney-australie-mugshot-1920-34

Crawford ? Enfin Falleni… Avec son costard et son air triste. “Il” a tué sa femme. Comme ça. Trois ans de mariage et… terminé. C’est son deuxième séjour ici. C’est moi qui avais pris la photo il y a… dix ans ? Quinze ? Déjà pour meurtre. Moi, j’essaye toujours d’imaginer quand je prends les photos.

J’ai dénoncé Harry à la police ce matin. Ce soir, il dort en prison. Je n’avais que des soupçons. Mais ils l’ont arrêté et il est passé aux aveux…
Moi, je ne l’ai jamais aimé, je ne sais pas ce que ma sœur lui trouvait. Et puis, il devait être impuissant. Quand je lui avais raconté ce qu’on faisait avec Jack, Birkett m’avait dit qu’Harry la caressait mais que le reste, presque jamais. Ça lui convenait à elle, parce qu’à chaque fois, elle avait eu très mal et qu’elle n’aimait pas quand il lui rentrait son “machin”. Puis toujours dans le noir, tout habillé. Et il la voulait sur le ventre.
Et ils n’avaient toujours pas d’enfants.
Un peu avant qu’il la tue, elle m’avait écrit. Elle avait découvert des choses graves sur Harry. Qu’elle m’en parlerait quand on se verrait. Après, elle a disparu.


Ma Birkett, tu m’manques. T’aurais pu t’contenter d’ma tendresse. Pourquoi t’as voulu des gosses à la fin ? J’te jure qu’accoucher… Je sais c’que c’est moi. Mettre au monde des gamins. Trois. Mon mari, ben oui mon mari… Je l’ai tué un jour où i m’prenait d’force. J’voulais pus d’enfants et pis i me f’sait mal à chaqu’ fois. M’a prise comm’ ça dans la cuisine avec les trois dans l’aut’ pièce. Y’avait l’tisonnier à côté du poêle. L’est mort sur le coup. Six ans j’ai fait. Les gamins, j’les ai pas r’vus. Rien à leur donner. Doivent être grands… Pis un jour, je t’ai rencontrée… Et j’y ai cru. Tu disais que j’dégageais la douceur qu’y avait pas chez les aut’s hommes. Pis surtout, tu disais qu’les enfants, t’étais pas trop pour en avoir. Pis t’as commencé à poser des questions sur pourquoi j’étais pas parti à la guerre, pourquoi j’avais la peau si douce, pourquoi ci, pourquoi ça , des tas d’questions, trop d’questions. Pis t’as voulu des gosses ! Pourtant, on était bien non ? Alors pourquoi t’as espionné ? Pourquoi t’es allée fouiner ? Hein, pourquoi ?
J’t’aimais moi.

***************************************************

Deux autres photos d’Eugenia Falleni,

photo-police-sydney-australie-mugshot-1920-33 vintage-female-mug-shots-16

photos récupérées sur les sites ci-dessous :

http://twistedsifter.com/2011/05/vintage-mugshots-from-1920s-black-white/

http://www.laboiteverte.fr/portraits-de-criminels-australiens-dans-les-annees-1920/

Publicités
30 commentaires leave one →
  1. 21 janvier 2013 07:05

    J’adore, surtout la seconde partie ! Tu mets les deux ?

    • 21 janvier 2013 07:06

      ps : bonne journée, je pars travailler ! @ plussss !

    • 21 janvier 2013 17:44

      La totalité, oui… Je me suis amusée à faire 1800 caractères pile-poil (sans les espaces), c’est pas pour en enlever un morceau :D. Pourquoi ? tu trouverais mieux sans le début ?

  2. Martine Bond permalink
    21 janvier 2013 08:27

    Wouahhh ! j’adore aussi ! bravo
    Bonne journée,
    Martine

  3. ◘ẅ◘ permalink
    21 janvier 2013 13:06

    ça pourrait être ça en effet…
    J’ai lu le pourquoi de son arrestation dans la vraie vie. Incroyablement complexe.

    • 21 janvier 2013 17:41

      Vrai et ça me donne envie d’en savoir plus sur cette femme. Mais faudra se contenter des quelques lignes trouvées sur le net !

      • ◘ẅ◘ permalink
        21 janvier 2013 18:32

        Finalement, notre fiction rejoint peut-être leur réalité. Je ne sais pas pour toi, mais j’ai trouvé mon « héros » attachant, le tien était plus difficile à aborder sans a priori, Dom s’en est bien tirée aussi.

  4. snake0644 permalink
    21 janvier 2013 19:28

    Amusant ce petit mélange de textes 🙂

    • 21 janvier 2013 19:52

      Merci ! Et toi, tu participes ou pas ?

      • snake0644 permalink
        21 janvier 2013 19:56

        Non. J’ai essayé mais le résultat ne me plaisait pas. je suis mon pire critique.

        • ◘ẅ◘ permalink
          22 janvier 2013 11:11

          Dommage Snake 😦

        • 22 janvier 2013 18:27

          Un deuxième essai ? tu as encore le temps ! Tante Germaine n’avait elle pas ses parents originaires d’Australie? Il me semblait qu’ils avaient déménagés brusquement pour l’Europe suite à une histoire sordide ? Non ? Je dois faire erreur sur la personne alors… 😀

        • 23 janvier 2013 08:38

          Oh! dommage il était bien :-)….

  5. 22 janvier 2013 20:21

    Je fais pour l’instant le point sur les billets publiés pour le concours!

  6. 23 janvier 2013 08:52

    Il (elle) devait avoir de gros problème d’identité…
    J’aime beaucoup ton billet…

  7. 24 janvier 2013 11:17

    Un billet multi-éclairages! Très bon!

  8. 24 janvier 2013 16:58

    j’adore ton texte ! en psy , il m’aurait plu d’étudier son cas !

    • 24 janvier 2013 17:32

      Aurait-elle eu plus de chance de vivre une vie plus cohérente de nos jours ? Peu-être serait-elle devenue homme ? Peut-être aurait-elle eu l’occasion de vivre une vie amoureuse plus libre et épanouie ? Va savoir… Elle aurait peut-être été heureuse en il.
      Elle me touche cette femme avec le peu qu’on sait d’elle…

  9. 25 janvier 2013 10:32

    Chapeau bas d’avoir abordé ce personnage, compte tenu de ses méfaits en réalité. Je n’y serai pas arrivée sans avoir eu d’a priori sur cette personne tellement son histoire est dingue.

  10. 25 janvier 2013 21:04

    On retrouve bien l’ambiance de l’époque. Tu as très bien restitué le langage populaire, au point de rendre le récit tout à fait crédible et tu as choisi une approche intéressante…

  11. 27 janvier 2013 16:08

    Un beau point de vue qui absout un peu le personnage, touchant.

    • 27 janvier 2013 22:06

      Merci à toi i Absolution sans doute pas. Mais, derrière chacun de ces portraits, il y a des histoires de vie qui apportent certainement un éclairage différent…

Trackbacks

  1. Le point sur « Les fort(e)s en gueule  – concours « Restons subversifs (na!)
  2. Les fort(e)s en gueule awards 2013 « Martine Bond

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :