Skip to content

Je nage

8 janvier 2013

Texte déposé ce soir sur le blog de Dominique qui organisait un petit concours d’écriture…

 « Vous devez traverser un fleuve dont la clarté de l’eau vous rappelle celle du Gange en période de mousson, l’odeur y est fétide, des bulles poisseuses éclatent en surface, peut-être même… vous n’avez pas le choix, vous devez le traverser en nageant et expliquer la raison qui vous oblige à le faire. »

Voici donc ma contribution… les autres textes le blog de Dominique

**********************************

Je suis née du mauvais côté. Là où les miens ont toujours vécu. Là où mes petits sont venus au monde. Aujourd’hui je vais partir avec eux. Je suis prête pour La Traversée. Je leur ai répété les instructions. S’accrocher à mon dos avec griffes et dents. Ne relâcher une prise qu’après avoir assuré les autres. Ne pas craindre de me faire mal, même si je saigne un peu. Ne pas céder à la panique. Surtout. Ni au froid, ni à la faim, ni à la fatigue. Le voyage sera long et périlleux. Je ne sais rien d’autre. Les récits des anciens racontent la vie là-bas. Pas La Traversée.

L’Autre Rive a bercé mes rêves… L’Autre Rive. Nombreux sont ceux de mon peuple qui ont tenté La Traversée. Sans doute les survivants au voyage se sont-ils installés. Sans doute sont-ils heureux. Ici, ce n’est plus possible. Surtout ces dernières saisons. La Crise nous a privé de nourriture acceptable. Elle est pleine de toxines. Nous nous empoisonnons lentement. Maladies. Malformations des petits. Décrépitude rapide des anciens. Mortalité en forte hausse. Même l’eau des flaques est nocive. Celle de la Grande Eau aussi. Mais cela fait si longtemps.

Et pourtant. Je pars l’affronter. Avec mes petits.

Je nage. Je me concentre sur le battement de mes pattes. J’imagine notre nouvelle vie là-bas. Pour me donner du courage. Je nage. La Grande Eau pue encore plus quand on y est immergé. Mes petits geignent pas moments. Le plus faible a failli lâcher. Je nage. Je n’aurais pas pu le récupérer. Soyez forts mes petits. Je nage. Je me laisse porter un instant par le courant. Mais pas trop. Plus bas, il y a les chutes. Je suis fatiguée. Je nage. J’évite de regarder autour de moi. Cadavres d’autres vivants. Objets tranchants. Je nage. Lorsqu’un objet trop gros dérive vers moi, je crie aux petits de tout fermer. Je plonge un instant. J’ai peur. Je sais ce qui flotte. Je ne sais rien de ce qui est sous la surface. Je nage. Des choses visqueuses s’accrochent à mes pattes. Je nage encore plus fort. J’ai peur. Tirée vers le fond. Je nage. Si peur. Les petits ne font plus de bruit. Je nage. Je ne sais pas à quelle distance est L’Autre Rive. Plus loin. Trop loin. Mais je nage. Je nage. Je traverse des eaux lourdes et poisseuses. Elles envahissent mes narines et ma bouche. Il faut que je nage. Je ne sens plus mes petits. Du tout. J’appelle. J’avale l’eau lourde. Je m’étouffe. Il me répond. Pour lui. Je nage.

Je ne nage plus. Je sens du solide sous mes pattes. J’arrête tout. Va mon petit. Ne te retourne pas.

******************************************

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 10 janvier 2013 10:14

    puissant ton texte!
    poignant!
    thiladi bravo!

  2. snake0644 permalink
    10 janvier 2013 16:43

    Belle inspiration écologique. En fait, les rivières en France sont en général plus propres qu’il y a trente ans. Ce qui ne veut pas dire que dans certains coins..

    • 10 janvier 2013 18:19

      Et la largeur du fleuve dépend aussi de ce la taille de ceux qui veulent le traverser…

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :