Skip to content

Lettre à Madame la sous-préfète en pays grassois

4 juillet 2012

RESF 06

La ligue des droits de l’homme  section Cannes-Grasse

et d’autres encore,

citoyens, associations, enseignants des enfants…. 

**********************************

À Grasse : non à l’expulsion de la communauté ROM

Les enfants, suivis par un groupe du RESF grassois,  scolarisés ou en passe de l’être pour les plus jeunes,
bref, ces enfants et  leurs familles risquent d’être expulsés à partir de ce vendredi matin : huissier,  police…

Re-bref, voici le courrier qui a été envoyé à Madame la sous-préfète. Encore demain pour faxer, mailer…

**********************************

Madame la Sous-Préfète,

Ils sont là, près de nous, avec des noms, avec des visages. Les enfants s’appellent Adrian (13 ans), Alexandra-Monalisa (10 ans), Alexandru (8 ans), Alexandru (9 ans), Andrea -Gisela (13 ans), Antuzia-Berta (12 ans), Barbara-Larissa (11 ans), Batricia (11 ans), Brenda (8 ans), Chakira (7 ans), Daniel-Armando (12 ans), Denisa-Printesa 10 ans, Ionut-Maradona (6 ans), Raphael (8 ans) et Roméo (17 ans). Ils sont scolarisés à Grasse à l’école Crabalona ou au collège.

Les plus petits s’appellent Denisa-Sachira (3 ans), Genesa (1 an), Maria 2 ans, Rebecca (2 ans), Ricardo (5 ans) et Samuel-Florin (5 ans).

Depuis bientôt 2 ans, ils sont hébergés dans un site propriété de l’Etat, antérieurement inoccupé, et dont la vente est prévue en 2013.

Ils sont Roms-Tsiganes, c’est à dire citoyens européens comme leurs parents. La législation européenne en vigueur autorise la libre circulation des Roms dans l’espace Schengen. Ils sont donc entrés légalement en France qui, en limitant de manière discriminatoire leur accès travail, les maintient dans une situation précaire.

Ces enfants ont droit à une vie familiale normale, à l’hébergement, à la santé, à l’éducation et à l’insertion sociale. Les pouvoirs publics, en premier lieu le représentant de l’État dans notre département, ont le devoir de garantir ces droits fondamentaux. Or, ils sont menacés d’expulsion du lieu d’hébergement qu’ils occupent par la puissance publique, avec saisie de la force publique, à partir du 6 juillet 2012. Cette expulsion ruinerait tous les efforts accomplis par cette petite communauté pour se sédentariser et, ce faisant, insérer ses enfants dans le système éducatif local.

Nous, citoyens et associations, vous demandons, Madame la Sous-Préfète, par respect des principes fondateurs de notre République, de la déclaration universelle des droits de l’Homme et de la convention internationale des droits de l’enfant :

–       de surseoir à cette expulsion aux conséquences potentiellement dramatiques,

–       de prendre les dispositions nécessaires pour assurer à ces huit familles un hébergement alternatif.

Nous vous prions de croire, Madame la Sous-Préfète, à notre détermination dans cette démarche solidaire et humaniste, et de recevoir nos meilleures salutations.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. snake0644 permalink
    5 juillet 2012 20:57

    Ils feraient mieux de s’occuper des adultes roumains mafieux qui exploitent les femmes et les enfants qu’ils battent s’ils ne ramènent pas assez d’argent. Scènes souvent visibles autour du Louvre et des Tuileries à Paris (entre autres).

Trackbacks

  1. Expulsion suite… réponse de la Sous-Préfète « le blog d'Elleirame

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :