Skip to content

URGENCE au Clémenceau ! (6)

7 décembre 2010

Devant l’urgence, je me contente d’un copié-collé du message que je viens de recevoir de RESF

et d’un lien vers l’article de Nice Matin d’aujourd’hui

et en fin du « copié-collé » une invitation à s’indigner et à réclamer auprès de la Direction départementale de la Cohésion Sociale de la Préfecture avec mail et fax…

*********************************************


120 personnes (dont 35 enfants et bébés) vont être mises à la rue !

1°/ Une décision de justice, certes brutale, a été rendue. Elle sera respectée par les occupants qui ont bien compris que leur expulsion pourrait survenir d’une heure à l’autre dès lors qu’elle aura été signifiée par l’huissier.

2°/ Si les occupants respectent cette décision de justice, ils exigent aussi que les décisions prises en leur faveur par le Tribunal Administratif soient respectées par la Préfecture (nous rappelons que des référés liberté concernant l’hébergement des familles sous EURODAC et des réfugiés statutaires ont abouti à la condamnation du Préfet) et réclament l’hébergement de tous les demandeurs d’asile.

3°/ Le CHU, propriétaire des murs, peut réclamer l’expulsion immédiate avec le concours de la force publique. Il peut aussi choisir, fort de cette décision de justice, de ne pas mettre à la rue des enfants et de répondre à la demande de dialogue formulée dés le début de l’occupation par Michel ABADA.

4°/ Nous avons laissé un message au Sous-Préfet FASILLE, homme de dialogue à la Préfecture, pour rechercher avec lui et ses services la voie d’une solution digne et humaine.

5°/ Nous appelons à un rassemblement ce mardi à 14h sur place à l’occasion d’une conférence de presse.

6°/ Nous demandons au Cercle de Silence de RESF, place Masséna, à 18h30, d’accueillir en son sein les parents et enfants menacés.

7°/ Nous appelons toutes les voix qui comptent dans cette ville, dans ce département, dans cette région et dans ce pays à manifester leur soutien à ce mouvement. Le droit d’asile est compromis, des conventions internationales bafouées et des êtres humains maltraités à Nice et partout dans une France à l’image et au renom abîmés.

8°/ C’est au nom de droits fondamentaux que nous venons en aide à ceux-ci. Dans la non-violence et le dialogue, nous leur confirmons notre soutien et notre engagement.

A tout à l’heure
Bernard – pour le Collectif Niçois de soutien aux Demandeurs d’Asile –

*****************************************

Agissez aussi à titre personnel et au nom de votre organisation :

Proposition de lettre et fax ( modèle du MRAP local à modifier, adapter) à envoyer  à     dd06-direction@sante.gouv.fr,   fax : 04 93 21 67 28

Direction Départementale de la Cohésion Sociale.
Préfecture des Alpes-Maritimes
06286 NICE CEDEX 3
Objet: Hébergement des demandeurs d’asile.

Madame, Monsieur,
Vous n’êtes pas sans savoir, puisque Monsieur le Préfet s’est engagé publiquement à accorder l’assistance de la force publique, que les demandeurs d’asile hébergés au 1 avenue Clémenceau à NICE allaient incessamment être jetés à la rue.
Vos services ont connaissance de la situation de ces familles, puisqu’ils les ont sorties cet été du dispositif d’hébergement hôtelier dont elles bénéficiaient. Depuis, le Tribunal Administratif leur a reconnu LE DROIT à l’hébergement et l’obligation pour la Préfecture, sous astreinte, de le rendre effectif.
J’ai contacté le 115 qui n’a pas vocation, puisqu’il s’agit de demandeurs d’asile, à recueillir ces personnes et il m’a été confirmé qu’elles relevaient bien de vos services et que, de toutes façons, le dispositif d’urgence n’avait pas les moyens de répondre à une telle demande.

Je vous interroge donc aujourd’hui pour connaître les solutions que vous avez mises en place pour l’hébergement de ces familles qui comptent nombre d’enfants scolarisés. Il ne saurait vous échapper qu’il s’agit d’être humains, vulnérables, et devant bénéficier, à ce titre, de toute l’attention des services publics. Vous ne sauriez, j’en suis sûr-e, trahir l’engagement de notre Président de la République de faire en sorte que plus personne ne soit contraint de dormir dans la rue.

Dans l’attente de votre réponse, que le climat hivernal rend très urgente, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

Signature :

*************************************************************

Publicités
No comments yet

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :