Skip to content

débarcadaire

30 septembre 2010

Le père a peur,
perd ses repères,
se perd
et se re-perd.

À la lisière
de ses paup
ières
frontière
de son désert

sourdent les colères
où se terre  sa misère.

Le père s’enferre

en solitaire
dans l’ heure mensongère.

Le père  se terre
au fond d’un verre

et pleure

et vocifère.

Amer.

Publicités
No comments yet

À vous ! Un mot ou deux, trois ou quatre et même plus... !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :